Les enfants nés avec une atrésie de l’oesophage sont plus souvent que les autres enfants, victimes de problèmes respiratoires après l’opération qui rétablit la continuité de leur oesophage.

Quels sont les problèmes respiratoires pouvant apparaître ?

– la toux caractéristique de l’enfant « atrésique »

– des infections fréquentes (bronchite, foyer pulmonaire) nécessitant des kinésithérapies respiratoires, des aérosols et parfois des hospitalisations.
– des crises d’asthmes

Pourquoi les problèmes respiratoires apparaissent chez les enfants atrésiques ?

Les problèmes respiratoires rencontrés ont pour origine trois causes principales :

Des anomalies des voies respiratoires :

La trachéomalacie ou la bronchomalacie (trachée et bronches « molles »),
des séquelles liées à la présence initiale de fistule trachéo-oesophagienne,

Des anomalies de l’oesophage :

Des reflux gastro-oesophagiens, une sténose de l’oesophage, une contractilité anormale de l’oesophage entraînant une mauvaise vidange de l’oesophage.
Ces anomalies provoquent des reflux alimentaires qui se peuvent se répandre dans les voies respiratoires et les irriter. Le système de protection des bronches est alors abîmé et fragilisé. L’enfant peut alors être sujet à des bronchites chroniques sévères et à des crises d’asthme.

Des facteurs non-spécifiques :

Ces facteurs, comme par exemple l’atopie (allergie), peuvent être à l’origine de crises d’asthme. Présents aussi chez des enfants nés sans problème, ils prennent davantage d’ampleur chez les enfants ayant eu un atrésie de l’oesophage car leur appareil respiratoire a été fragilisé par les reflux.

L’apparition de problèmes respiratoires est- elle fréquente ?

Une étude publiée en Australie en 1993 a été effectuée sur 334 patients agés de 34 ans au moins afin de d’évaluer la fréquence des problèmes respiratoires chez les enfants ayant eu une atrésie.

44 % des patients questionnés avaient subi une hospitalisation à la suite de problèmes respiratoires. 65 % de ces hospitalisations avaient eu lieu avant l’âge de 5 ans et 5 % d’entre eux avaient été hospitalisés plus de 5 fois.

31 % de l’ensemble des patients étudiés ont eu une pneumonie avant l’âge de 5 ans, mais seulement 5 % après cet âge.

74 % ont eu des bronchites avant 5 ans, et 41 % après 5 ans.

A long terme, le pronostic pour la santé et pour la qualité de vie est bon, et plus l’enfant grandit, plus il arrive à surmonter facilement ces problèmes respiratoires.

Pr Christophe Delacourt- Hôpital Intercommunal de Créteil – Diaporama de l’exposé (week-end des familles juin 2005)